L’institutionnalisation de l’Agriculture biologique au centre de la 3ème Conférence Ouest Africaine sur l’agriculture biologique

Source: http://www.ecobase21.net/

En réponse aux défis en matière de sécurité alimentaire et de lutte contre la pauvreté, la majorité des pays ouest africains ont placé leur espoir sur le système d’innovation agricole, même si le niveau de considération de la recherche dans la prise de décision politique demeure actuellement faible. Ainsi, les stratégies visant à augmenter les rendements adoptés suggéraient une promotion de l’agriculture intensive essentiellement basée sur l’utilisation d’intrants chimiques. Les résultats issus de ces différentes stratégies ont réellement produit des effets positifs en termes de rendement. Toutefois, les inconvénients de l’utilisation de ces intrants chimiques sur l’environnement, la fertilité des sols, et sur la santé humaine devenaient de plus en plus flagrant. Dans une perspective de développement agricole durable, une solution alternative à une pratique agricole devenant de moins en moins sécurisante, se devait donc d’être trouvée.

Dans les années 1990s, l’agriculture certifiée biologique a été introduite en Afrique de l’Ouest suite à la prise de conscience de la nécessité de préserver l’environnement et la santé humaine. Dans un premier temps, la conséquence directe de cette nouvelle forme d’agriculture est la création de nombreux mouvements et associations ayant comme principal objectif de soutenir son développement. Dans un second temps, des programmes et projets ont été élaborés au niveau national pour permettre de booster ce développement tant attendu. Mais force est de constater que depuis environ deux décennies, l’agriculture écologique et biologique a encore du mal à s’imposer en Afrique de l’Ouest. Les principales causes liées à cette situation ne sont pas directement liés au contenu technique proposé par cette forme d’agriculture, mais plutôt liées à la mise en application des différentes recommandations juridiques (notamment le Doc. EX.CL/631 (XVIII) en Afrique de l’Ouest) qui devraient lui permettre de connaitre un essor sans précédent.

Pour garantir un avenir certain à l’agriculture écologique et biologique, les pays de l’Afrique de l’Ouest devraient donc relever un défi majeur, qui n’est que celui de son institutionnalisation.

Pour ne rien manquer des discussions relative à l’institutionnalisation de l’agriculture biologique en Afrique de l’Ouest et à ses défis qui seront largement discutés lors de la 3ème Conférence Ouest Africaine sur l’agriculture biologique. Suivez nous via le tag #WACOAg3 sur twitter et Facebook.

Article rédigé par Bakary Sofwaan, journaliste citoyen pour la conférence WACOAg.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Blog at WordPress.com.

Up ↑

%d bloggers like this: