SAM_4429
exposition des produits biologiques à la conférence WACOAg

Depuis la décolonisation, certains états africains de l’ouest (bénin, mali, Burkina Faso) ont adopté la culture du coton comme culture de rente car cela permet de faire rentrer des devises. Il est devenu du coup l’or blanc. Le coton est la principale culture d’exportation, et contribue au développement socio- économique du Bénin. En effet, il constitue non seulement la principale source de revenu monétaire des paysans qui le cultivent mais il apporte aussi d’importantes devises à l’Etat. Il représente 64% des recettes d’exportation, 90% des recettes agricoles et 24% des recettes de l’Etat (MDR, 1995).

Devenant donc une filière soutenue de bout en bout par l’état, des milliards y sont investis tout au long de la chaine de production chaque année. En dépit de tout cela, les paysans subissent les affres de cette culture que sont : la pauvreté des sols, les risques élevés de contamination par les insecticides et herbicides au point où les femmes sont mise à l’écart car ce sont elles qui portent la grossesse et leur mari les aiment beaucoup pour qu’elles entachent la progéniture.

C’est dans  ce contexte que la culture du coton biologique a fait son come-back en 2002 au mali et en 2000 au Bénin. Une agriculture respectueuse de la nature et de ses composantes. Pour mieux comprendre certains paramètres financiers de la culture du coton biologique, une étude socioéconomique comparative des systèmes de production biologique, conventionnelle et transgénique est en cours de réalisation à travers le Bénin, le Burkina Faso et le Mali. Elle est financée par l’union européenne, la fondation FiBL et Syprobio. Ce qui a d’ailleurs fait l’objet de présentation à l’une des sessions parallèles lors de la 3ème conférence ouest-africaine sur l’agriculture écologique et biologique qui s’est tenue de 27 au 29 aout 2014 à Cotonou.

De cette étude a mis-parcourt, il ressort que :

  • L’adoptant du coton biologique est un homme ou femme relativement âgé (44 vs.41) ayant un faible niveau de revenu et de disponibilité foncière, moins instruit, avec ses champs relativement proches de son lieu de vie et bénéficiant d’un encadrement rapproché ;
  • Globalement le système de production biologique présente des performances économiques et financières comparables et parfois meilleures aux systèmes conventionnel et transgénique comme le montre cette figure.graphe

Auteurs : E. SODJINOU, L. C. GLIN, G. NICOLAY, S. TOVIGNAN, J. HINVI

  • L’adoption du coton biologique a amélioré le niveau de prospérité des ménages agricoles (environ 42% de cas);
  • En termes monétaires l’adoption du coton biologique a un impact positif de 27.962FCFA sur chaque membre des ménages agricoles;
  • L’analyse de l’indice de pauvreté a montré que le coton biologique a accru le revenu des ménages adoptants de 41%, permettant de franchir le seuil national de pauvreté monétaire (109.400 fcfa per capita);
  • Le coton biologique favorise aussi l’indépendance économique des femmes et renforce leur implication dans les processus de décision des ménages.

Ce tableau nous montre l’impact de l’adoption du coton biologique sur la prospérité et la réduction de la pauvreté des producteurs

 graphe1

Auteurs : E. SODJINOU, L. C. GLIN, G. NICOLAY, S. TOVIGNAN, J. HINVI

Suite à cette étude, il convient de retenir que la façon dont la production de coton se fait actuellement au Bénin suscite de sérieuses réflexions qui doivent être orientées dans le sens du développement durable. De grandes superficies sont chaque année emblavées en coton donc reçoivent annuellement des milliers de tonnes d’engrais et des millions de litres de pesticides. Ce qui est bien inquiétant non seulement pour les générations actuelles mais aussi pour les générations futures. Alors, des méthodes alternatives s’imposent aujourd’hui pour prétendre à un développement durable de l’agriculture en général et de coton biologique en particulier. Mais pour le moment la culture du coton bio profite correctement aux couches les plus défavorisées que sont les femmes et les jeunes.

Article écrit par Sourou NANKPAN, reporter social à la conférence WACOAg

Blog at WordPress.com.

Up ↑

%d bloggers like this: